Investir dans l’immobilier après 50 ans : est-ce faisable ?

Investir dans la pierre en étant jeune est l’un des moyens les plus efficaces pour se constituer et développer un patrimoine pendant la vie active. Seulement, tout le monde n’a pas cette chance. Vous êtes sénior, et vous vous demandez si l’investissement immobilier est encore envisageable après 50 ans ? Le chemin peut être parsemé d’embûches, mais la réponse est oui. Examinons ensemble les informations à connaître avant d’investir pour sa retraite à 50 ans et plus.

Investir à 50 ans : quels profils sont attractifs pour les banques ?

En théorie, toute personne majeure peut souscrire un prêt immobilier. Il n’y a donc pas d’âge limite pour demander un crédit en vue de financer un projet d’acquisition immobilière. Que ce soit à 30, à 40 ou à 50 ans, les critères retenus sont la capacité de remboursement et le taux d’endettement. 

Dans la pratique, toutefois, l’âge des seniors peut constituer un frein, sachant que l’approche de la retraite impacte négativement sur leur situation financière. À cela s’ajoutent les éventuels problèmes de santé qui font flamber le coût de l’assurance prêt.

Parmi les seniors aspirants à l’investissement immobilier, trois profils s’avèrent intéressants pour les banques :

  1. Les plus de 50 ans qui sont déjà propriétaires. Soit ils vendent leur logement pour financer leur projet, soit ils souscrivent un nouveau prêt.
  2. Les seniors qui désirent acheter ou louer après 50 ans et disposant d’un apport solide.
  3. Les sexagénaires qui proposent une double garantie : l’hypothèque et la caution.

À noter que d’autres solutions de financement comme le nantissement ou le prêt viager hypothécaire permettent d’investir à 50 ans.

Dois-je acheter ou louer après 50 ans ?

Le meilleur placement dépend de votre âge, de vos objectifs et de vos moyens de financement. Que vous soyez un acheteur potentiel qui envisage de devenir propriétaire à 55 ans ou un investisseur tardif de plus de 60 ans, vous pouvez trouver la perle rare.

Un logement neuf pour les 50 à 60 ans

L’achat dans le neuf vous évite d’effectuer d’importants travaux, mais le prix est également plus conséquent que pour un bien immobilier ancien. L’avantage est que la propriété est plus facile à louer et à revendre.

L’investissement dans l’ancien pour les 50 à 75 ans

Deux options s’offrent à vous : acheter un logement bon marché avec une belle rentabilité à la clé ou préférer un bien plus onéreux que vous garderez à long terme. Quoi qu’il en soit, évaluez les travaux nécessaires avant de signer le contrat de vente.

La location saisonnière pour les 50 à 75 ans

Pour les seniors qui veulent rester actifs après 50 ans et réduire le risque d’impayés, la location saisonnière est parfaitement adaptée. Choisir un emplacement dans des zones touristiques prisées permet de mieux rentabiliser l’investissement. Il faut toutefois prévoir du temps pour gérer les réservations, les arrivées ainsi que les départs des futurs locataires.

L’achat d’une résidence de tourisme pour les 50 à 75 ans

Voici trois raisons de privilégier un tel projet : une réduction d’impôt à hauteur de 11 % pendant 9 ans, d’un remboursement de la TVA et des loyers garantis. La résidence de tourisme doit toutefois être neuve et louée à un exploitant professionnel pour une durée minimale de 9 ans.

Les SCPI dès 50 ans et jusqu’à 80 ans

Pour investir à 50 ans avec un petit budget, rien ne vaut les SCPI ou sociétés civiles de placement immobilier. Vous bénéficierez de revenus locatifs trimestriels en contrepartie d’un prix d’entrée modeste, le tout, sans avoir à gérer les locataires.

Un garage ou un parking de 50 à 80 ans voire plus

Si vous préférez investir sans emprunt, l’acquisition d’un parking s’avère intéressante. Notez cependant que le prix varie du simple au double selon que vous souhaitiez acquérir une simple place de parking ou un box fermé.